Randonner avec l'ARRP

22 mai 2018

DIMANCHE 27 MAI : LA MOTTE ME BOTTE

sainte colombe

DIMANCHE 27 MAI :

LA MOTTE ME BOTTE

Pascal SERRY et Edwige VALLOT

Randonnée de 28 kilomètres en 3 PAS

Les rendez-vous :

9h00 à ROUEN, place du Gaillarbois

10h00 à SAINTE-COLOMBE, parking mairie / école

 

sainte-colombe-seine-maritime-panoramique

SAINTE COLOMBE

 

Au XIIème siècle, le village est une seigneurie des CUVERVILLE. Leur présence s’y prolonge jusqu’au XVIIème siècle.

Au XIIème siècle, ils font don du patronage de l’église aux chanoines de Saint Lô de Rouen.

Comme les paroisses voisines, Sainte-Colombe a été ravagée par la Guerre de Cent ans et l’invasion de Charles le Téméraire.

Lorsque la famille Cuverville s’éteint, la seigneurie de Sainte-Colombe appartient à Marie-Jeanne de Béaunier, veuve de Pierre Durand, procureur général au Parlement de Normandie.

 

sainte-colombe-seine-maritime-eglise

L’église du village est dédiée à Sainte Colombe : la façade et le clocher sont du XIIIème siècle, la nef du XVIème siècle et le chœur des XVIIème et XVIIIème siècles.

L’église conserve un bénitier en grès du XVème siècle.

 

Sainte Colombe de Sens est née en Espagne. Elle meurt décapitée à Sens sur les ordres de l’empereur romain Aurélien.

Clotaire II fit bâtir, au VIIème siècle, une abbaye sur les lieux de son martyre : l’abbaye de Sainte-Colombe à Saint-Denis où séjourna Thomas Beckett de 1165 à 1170.

Posté par ARRP76 à 06:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


DIMANCHE 27 MAI : VEULETTES ET LE CHÂTEAU DE JANVILLE

paluel

DIMANCHE 27 MAI :

VEULETTES ET LE CHÂTEAU DE JANVILLE

Nadine BELLA

Randonnée de 19 kilomètres en 2 PAS

Les rendez-vous :

8h45 à ROUEN, place du Gaillarbois

10h00 à PALUEL, place en contrebas de la route

Quelques dénivelés : une montée forte mais courte après le départ, une autre avant l'arrivée de Veulettes

 

janville 1

PALUEL - LE CHÂTEAU DE JANVILLE

Le château de Janville est construit vers 1610 par Jean Louvel, conseiller-secrétaire du roi en la chancellerie du parlement de Rouen et anobli par lettres patentes de décembre 1576.

Il présente des tourelles carrées et un colombier qui porte la date de 1781. Entouré d'un parc, le corps du château est de style Renaissance. La maçonnerie est composée de grès, silex et brique mixés dans l'appareil. Des décors en brique émaillée sont présents.

Les ailes et tourelles postérieures à la construction d'origine sont reconstruites vers 1895.

Le parc tout de verdure qui entoure le château et auquel on peut sous conditions accéder par un portail en fer monté sur des piliers en briques, comporte les éléments immobiliers tels qu'un pavillon d'entrée, un colombier mais aussi des bâtiments annexes à usage agricole et divers. Il n'est pas totalement ceint de murs et le visiteur peut observer le domaine facilement en en faisant le tour à pied.

 

Sybille Riquetti de Mirabeau, comtesse Roger Martel de Janville

janville 3

Arrière petite nièce de Mirabeau, elle épouse à Nancy en 1867, le comte Roger Marcel de Janville. Le jeune couple s’installe à Paris où Sybille pose pour Carpeau.

Elle commence à publier, dès 1877, quelques textes dans la vie parisienne  et dans la revue des deux mondes.

À partir de 1880, elle publie de nombreux ouvrages sous le pseudonyme GYP : au total, plus de 120 livres dont beaucoup connaitront le succès. Mais cette production abondante tombera vite dans l’oubli.

La dernière des Mirabeau recevait chez elle tous les dimanches. On pouvait croiser, dans son salon, de nombreuses personnalités : Marcel Proust, Degas, Anatole France, Paul Valéry, Alphonse Daudet …

Elle meurt en 1932, ruinée, obligée de revendre le château familial des Mirabeau.

 

Posté par ARRP76 à 05:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2018

JEUDI 24 MAI : LES CHEMINS DU JEUDI

blainville 1

JEUDI 24 MAI :

LES CHEMINS DU JEUDI

BLAINVILLE-CREVON

Monique RÉSILLOT, Daniel LEFÈVRE

Randonnée de 10 kilomètres

les rendez-vous :

13h15 à ROUEN, place du Boulingrin

14h00 à BLAINVILLE-CREVON, parking de l'église

 

blainville 2

La commune de Blainville-Crevon comporte huit hameaux : Capendu, Cauvicourt, Crevon, Gruchy, Houlmesnil, Maillomets, Saint Arnoult sur Ry et le Château.

 

La pomme de Capendu

On peut rapprocher Capendu du nom du hameau de Blainville-Crevon  , Capendu, mentionné dès 1050 - 1066 sous la forme Catpendu[], c'est-à-dire « chat pendu ».

 

Cette pomme connue sous le nom de "Court-Pendu". Elle devrait son nom de Court-Pendu à son court pétiole.

Le nom de cette pomme est mentionné pour la première fois sous le nom de Capendu en 1423. Les plus anciennes mentions de cette variété de pomme sont normandes : Les Andelys, Anneville-sur-Seine, Rouen.

En 1428, à l'abbaye de Montivilliers l'abbesse en achète deux corbeilles 7 sous et 6 deniers. Rouen apparait comme le grand entrepôt du Capendu.

Charles de Robillard de Beaurepaire note :"Au XIVe siècle, en 1300, le Capendu n'était pas connu aux environs de Rouen ; ou, s'il l'était, il n'y jouissait que d'une faible considération. Nous n'en avons pas, en effet, trouvé une seule mention dans les textes de cette époque. Au siècle suivant, au contraire, il est non seulement connu, mais renommé. On en expédie chaque année, de Rouen à Paris, des provisions considérables"

 

La Collégiale Saint Michel de Blainville-Crevon

 

blainville 3

La Colégiale Saint Michel de Blainville-Crevon a été fondée le 5 janvier 1489 par Jean d'Estouteville, seigneur de Torcy et de Blainville, conseiller de Charles VII, chevalier de l'Ordre de Saint-Michel, maitre arbalétrier sous Louis XI et lieutenant général sous Charles VII. 

 

Elle est dédiée à Saint Michel et à la Trinité.

La collégiale est de style gothique flamboyant. La courte période de construction (1489-1491) permet d’avoir un bâtiment très homogène. Les matériaux employés sont la pierre pour les sculptures, les murs sont composés de grès et de silex en damier. Sa flèche polygonale est une réalisation faite en plomb.

L’intérieur est agrémenté de stalles en bois et de vitraux du XVème siècle et d’une copie de la Cène de Poussin Des statues de saint Jean-Baptiste et saint Pierre en pierre datent du XVème siècle, tout comme celle de saint Adrien dans la chapelle Saint-Michel, qui aux dires de certains, pourrait reprendre le visage de Jean d’Estouteville.

Posté par ARRP76 à 05:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2018

LUNDI 21 MAI (PENTECÔTE) : AUTOUR DU BOIS GRIBOUT

héricourt 1

LUNDI 21 MAI (PENTECÔTE) :

AUTOUR DU BOIS GRIBOUT

Jean-Marie et Rachelle KROWICKI

Randonnée de 28/29 kilomètres en 3 PAS

Les rendez-vous :

9h05 à ROUEN, place du Gaillarbois

10h00 à HÉRICOURT-EN-CAUX, parking de l'église Saint Denis

Indice de difficulté IPB 69 "moyenne" (index de référence de la FFRandonnée)

 

héricourt 2

HÉRICOURT

 

Niché aux sources de la Durdent, entre bois et moulins, le village d'Héricourt-en-Caux offre son havre accueillant, dominé par l'imposante église Saint- Denis.

 

A mi-chemin entre Yvetot et Cany-Barville, la commune compte près d'un millier d'Héricourtais qui profitent de nombreux commerces, artisans et services divers.

 

Elle a été formée en 1858 de la fusion de Saint-Denis-d'Héricourt et de Saint Riquier, dont elle a gardé la charmante chapelle du 11ème siècle, qui abrite désormais des expositions artistiques et des manifestations culturelles.

 

L'actuelle église Saint-Denis date du 19ème siècle, mais ses fonts baptismaux sont un héritage du 13ème siècle.

 

Le territoire d'Héricourt-en-Caux compte également des monuments remarquables :

 

-le château du Boscol (16 et 17ème siècles) et son imposante allée de hêtres d'1 km, la plus longue de la région.

-le colombier du Petit Veauville, exceptionnel avec sa toiture en chaume.

-une crypte très ancienne dont les origines remonteraient à la fin du 1er siècle.

-la source Saint Mellon, lieu de pèlerinage, située au bord de la pittoresque route de la vallée de la Durdent, doit son nom au premier Evêque de Rouen.

 

Le bourg a longtemps vécu au rythme des moulins, dont la plupart ont disparu. On peut encore admirer la belle roue du moulin Quetteville et son écluse.

 

Posté par ARRP76 à 05:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2018

DIMANCHE 20 MAI : ENTRE VALLEUSES ET BOIS

data=6QiEq8Cv9eUoS7Te_Dn-Sn9HmsoRQ2lzIdZlWw8Ze7vis0NNHq__mo8DePIGyQYQCULipVPU3aZ33ZSqF38_-f0EslhizrCTBXqIQMBW9X5gCsfpvXBFtZ-1T9lsWeTlkwoNoXfUSIScA84VAwwLmF5aLXBkhynYJnpgt1SiNXZ0

DIMANCHE 20 MAI :

ENTRE VALLEUSES ET BOIS

Nadine BELLA

Randonnée de 22 kilomètres

Les rendez-vous :

09h00 à ROUEN, place du Gaillarbois

10h15 à VARENGEVILLE-SUR-MER, parking de l'église et du cimetière

 

VARENGEVILLE-SUR-MER

 

20160608161041(1)

Au XIIème siècle, VARENGEVILLE SUR MER s'appelait WARENGERVILLA du nom germanique WARENGAR et du suffixe latin VILLA (maison de campagne). Certains ont aussi rapproché le nom de VARENGEVILLE SUR MER de VARHEGUES, nom d'une tribu viking.

Les habitants de cette région furent convertis au Christianisme au 7ème siècle par un moine-missionnaire, Saint Valéry. Un sanctuaire fut construit, puis une chapelle servie par les moines de l'Abbaye de Fécamp. Les moines sont partis à la fin du 12ème siècle.

Le Seigneur de LONGUEIL a vendu une partie de ses terres à Jehan ANGO au début du XVIème siècle. A partir de là, la population de VARENGEVILLE SUR MER participera à tous les événements heureux et tragiques de l'Histoire.

A la Révolution, en 1789, la Commune est rattachée au canton du BOURG DUN et en 1801, à la suite d'une nouvelle répartition des Communes, VARENGEVILLE SUR MER devient définitivement rattachée au canton d'OFFRANVILLE.

Les guerres de 1870, 1914, 1939 marquèrent durement la population comme le montre le monument à la mémoire des enfants du pays morts pour la patrie.

En 1940, c'est l'occupation allemande. Le 19 août 1942, VARENGEVILLE SUR MER fut témoin d'un brillant fait d'armes du commando britannique qui détruisit la batterie allemande installée à VASTERIVAL. Ce n'est que le 1er septembre 1944, à l'arrivée des Canadiens, que l'ennemi quitta le pays.

 

L'Église Saint Valéry

varengeville

Située sur le haut des falaises de l'Ailly, cachée parmi les jardins et les bois bordant la falaise, l'église de Varengeville domine la mer.

Initialement bâti au 12ème siècle, puis agrandie au 16ème siècle sur le même emplacement, l'édifice résiste étonnamment, mystérieusement, aux tempêtes et à l'assaut des vagues qui sapent sa base depuis des siècles.

Bien que cette église ait été élevée par la «main des Saints», a écrit un savant archéologue, habitée des moines primitifs, consacrée par les mains des pontifes, et « sacrifiée par sept siècles de pierres », rien ne sera assez fort pour conjuguer cette mer qui semble encore, de nos jours, prête à engloutir l'ouvrage. Des travaux considérables de protection et de consolidation ont été récemment entrepris par la municipalité, l'Etat, le Département, la Région.

L'édifice remonte au XIème siècle (mur nord). Face à l'entrée, la croix hosannière est du XVIème siècle. Précédée d'un porche du XVIème siècle, l'église se compose de deux nefs accolées que prolongent trois chapelles à chevet plat. Au-dessus du transept s'élève une tour-clocher du XIIIème siècle (lits alternés de briques et moellons avec pierres d'angle en grès d'Ailly). Cette tour fut plusieurs fois victime de la foudre ; ainsi le 3 décembre 1826, la flèche s'écroule pendant les vêpres. L'église fut recoiffée d'un toit en ardoise en forme de hache. En tournant par la droite, remarquez le mur et les contreforts de grès.

La porte latérale est surmontée d'un arc surbaissé, avec cordelière et chronogramme de 1548.

Au croisillon sud, les contreforts plats sont de l'édifice primitif. La sacristie, en briques roses et banc en silex, a été accolée au XIXème siècle à la chapelle nord-est construite en grès extrait du Cap d'Ailly.

 

 

Posté par ARRP76 à 06:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 mai 2018

JEUDI 17 MAI : LES HAUTS VENTS

27BOURGTHEROULDEzINFREVILLE_eglise_100

JEUDI 17 MAI :

LES HAUTS VENTS

Claude ÉLIOT - Nicolle DESMARAIS

Randonnée de 14,5 kilomètres en 2 PAS

Les rendez-vous :

12h45 à ROUEN, place du Boulingrin

13h30 à BOURGTHEROULDE, parking de la mairie

 

La Terre à Pot, sur les traces des traditions du Roumois

atpb

L’Association Tuiles, Poteries, Briques du Roumois a été créée en mars 2003. Elle a pour but la mise en valeur de l’histoire céramique du Pays du Roumois à l’aide d’expositions, de conférences, d’interventions auprès des scolaires, d’éditions de plaquettes et d'ouvrages, animation permanente d’un atelier de poterie ouvert à tous ainsi que recensement, étude et conservation de ce patrimoine.  

La Communauté de communes de Bourgtheroulde-Infreville a fait l’acquisition d’un immeuble place Jean-Guenier (à côté de la mairie), à Bosc-Roger-en-Roumois, qui est devenu, après travaux, un lieu d’animations permanentes autour du thème de la poterie et de la céramique : expositions, atelier de poterie, stages, conférences, cuissons en plein air, accueil des scolaires, point de départ de circuits découvertes sur Bosc-Roger-en-Roumois et ses briqueteries, sur les traces des potiers du Roumois.

Grâce à des documents anciens, on sait que les potiers exerçaient déjà leur art au XVème siècle dans cette région.

 

nouvelle-exposition-650

Au XVIIème siècle, le marquis de la Londe exige que les potiers d'Infreville  lui fournissent la vaisselle pour son château « à cause de leurs droits et usages de prendre leur terre à faire pots dans la dite forêt  de la Londe »

L’argile est extraite d’une grande carrière, nichée au plus profond de la forêt de La Londe, à 20 kilomètres au sud de Rouen, aux confins de l'Eure et de la Seine-Maritime.

Ce sont les potiers d'Infreville et de Bourgtheroulde qui l'exploitèrent jusqu'en 1860.

Lorsque les potiers cessèrent leur activité, la carrière, connue au niveau national, va être exploitée pour le compte de grandes faïenceries : ce seront des ouvriers de Bourgtheroulde, d'Infreville, de Thuit-Hébert et de Bosc-Bénard-Commin (tous des Eurois) qui extrairont l'argile et c'est par la gare de Thuit-Hébert qu'elle sera expédiée.

 

L’argile extraite est classée en trois catégories :

- L'argile grise est destinée à la céramique d'art:  par exemple, la « Céramique Normande » à Oissel.

- L'argile noire dite L.F. est destinée à la faïencerie.

- L'argile noire dite L.P. permet de fabriquer une très belle porcelaine : plus elle est noire, plus elle cuit blanc .

 

Pour plus de renseignements, consultez le site de l’association

 

http://www.atpbr.com.sitew.com/#Presentation_de_l_association_Tuiles_Poteries_Briques_Du_Roumois.A

Posté par ARRP76 à 06:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mai 2018

DIMANCHE 13 MAI : LES GALETS DE VEULES-LES-ROSES

 

veules

DIMANCHE 13 MAI :

LES GALETS DE VEULES-LES-ROSES

Jean-Claude PÉGARD, Lise TONNETOT

Randonnée de 19 kilomètres en 2 PAS

Les rendez-vous :

09h00 à ROUEN, place du Gaillarbois

10h15 à VEULES-LES-ROSES, parking Mélingue, rue Mélingue (à proximité du restaurant les Galets).

 

 

 

 

Ban6_Veules-les-Roses_Location

VEULES-LES-ROSES

 

Le village semble compter parmi les plus anciens du Pays de Caux comme l’attestait la présence d’un cimetière de puissants personnages mérovingiens.

 

Le nom de Veules serait dérivé de l’ancien saxon « Well », signifiant un point d’eau.

 

Dès le 11ème siècle, la rivière a servi de ligne de partage entre deux paroisses : St Martin sur la rive gauche et St Nicolas sur la rive droite.

 

La chapelle du Val est reconstruite au 12ème siècle sur les fondations d’un ancien oratoire. Une maladrerie lui est annexée. Elle abritera des lépreux jusqu’en 1650.

 

 

150_veules_les_roses

Le 13ème siècle voit l’édification de l‘église Saint-Nicolas dont les ruines, aujourd’hui, se dressent au-dessus de la mer et la reconstruction de l‘église Saint-Martin. Détruite pendant la guerre de Cent Ans, à l’exception de la tour, elle sera rebâtie en grès au XVIème siècle. Les trois nefs ogivales supportant la voûte de bois et le buffet de l’orgue datent du 17ème siècle. Ce monument est aujourd’hui classé.

 

Les guerres de Religion divisent la population, ruinent agriculture et commerce. Dans le bourg, la scission est marquée par l’habillement des femmes : catholiques en jupe rouge, protestantes en bleu. De nombreux Veulais s’expatrient vers Dieppe ou Saint­-Valery.

 

En 1826, fuyant un amour malheureux, une actrice de la Comédie Française, Anaïs Aubert, retrouve la joie de vivre à Veules. Dès son retour à Paris, elle en vante le charme auprès de ses amis. Hommes de lettres et artistes affluent : Chintreuil, de Cock, Harpignies, Mélingue Michelet, Meurice, Victor Hugo, les Frères Goncourt, Coppée, Richepin, drainent vers le village la société parisienne qui découvre un lieu de villégiature tranquille à deux pas de la capitale. Les jolies villas de style balnéaire voient le jour.

 

Veules en Caux devient Veules les Roses le 30 juillet 1897.

 

C’est au-dessus des falaises, entre Saint-Valery et Veules les Roses, que fut aperçu pour la dernière fois, « le Point d’interrogation » de Costes et Bellonte, parti le 31 août 1930 pour réussir la première traversée de l’Atlantique en avion en 37 heures et 14 minutes.

 

Posté par ARRP76 à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]